Banniere  
 
  hdp  
   
 
 
Flux RSS
 
 
 
News rapides
FR 03/02/2020 (11:41) : La version 3 de Phantasy Star IV par pinktagada (0 commentaire(s))
FR 12/10/2019 (15:10) : Chrono Trigger 1.05 par Happexamendios (7 commentaire(s))
FR 06/01/2019 (10:21) : Eien no Filena v1.3 par Happexamendios (1 commentaire(s))
FR Tudieu, une Arlésienne ! Le 3 Avril 2020 à 17:16
Il y a des projets qui prennent plus de temps que d'autres, certains parce qu'ils ont «la malédiction», eh bien ce n'est pas le cas de Baten Kaitos Origin. La raison principale de cette durée incroyable (8 ans) c'est surtout parce que c'est un jeu gargantuesque. Aujourd'hui, après un dur labeur, MYTH Project et Atelier Traduction ont le plaisir (et le soulagement) de vous offrir leur nouveau bébé.

Screen Screen

Vous connaissez certainement le premier opus, qui en fait se déroule après, sorti en 2003, soit trois ans plus tôt, avec une équipe composée des anciens membres de Chrono Trigger, Chrono Cross et Xenosaga (l'influence se fait sentir, non ?). Ce jeu est sorti en Europe localisé mais malgré de bonnes critiques, il n'eut pas un très grand succès, potentiellement dû au manque de publicité faite autour du jeu. Le second opus traduit en français que nous vous proposons aujourd'hui n'est sorti qu'au Japon et en Amérique, certainement à cause de ces mauvais résultats, même s'il a été annoncé à plusieurs reprises.

Screen Screen

Le système de combat par jeu de cartes (les Magnus) a été conservé mais n'est plus tout à fait identique, rendant les combats dynamiques. Il en existe une quantité astronomique, pour ceux qui ont la collectionnite, bonne chance !

Screen Screen

La durée de vie est vraiment très très longue, surtout si on veut accomplir toutes les quêtes annexes, qui sont variées et apportent un réel plaisir au jeu. Même si on a tendance à se sentir petit livreur par moment. Et oui, les Magnus vieillissent toujours.

Screen Screen

L'ambiance est également vraiment réussie avec de superbes décors (à mon grand regret, on ne peut accéder au «monde en gâteau» du premier), des musiques aux petits oignons et un scénario riche. De quoi vous occuper en ces temps de confinement si vous n'êtes pas coincé en télétravail avec ou sans marmots/conjoint/toute personne pouvant vous empêcher d'allumer la console.

Bon jeu à tous !

FR Bubulles en pagaille ! Le 1 Avril 2020 à 14:57
Avides de patches que vous êtes, vous attendiez fébrilement la nouvelle fournée, tel une meute de pit-bulls devant un stand de grillades ?

Et bien en cette belle journée du premier avril, journée mondiale de la déconne poissonière, nos amis de Terminus Traduction vous proposent de quoi vous dérouiller les pouces et tirer des bidules dans tous les sens.

Amateurs de jeux qui font "piou piou piou" ou "ting ting TILT", cette niouze est pour vous !

Seul jeu qui ne soit pas un shoot'em up dans cette sélection ; Flipper Quest mérite son pesant de cacahuètes.

En effet, là où les flippers habituels se contentent de deux ou trois tables plus ou moins bien rendues avec une physique de balle parfois douteuse, les p'tits gars de chez Tose ont mis le paquet pour proposer un jeu détonnant de par l'ambiance et le contenu.

Flipper Quest porte bien son nom, car en plus d'offrir 3 tables aux ambiances bien différentes, il dispose d'un mode RPG qui mérite vraiment le coup d’œil.

Un mode RPG dans un flipper, me direz vous ? Et bien oui, indépendamment d'un scénario bateau (une princesse à sauver), vous allez devoir parcourir différents tableaux au style fantasy afin de remplir votre quête. Des boss à tuer, des clés à ramasser et même des marchands à dévaliser ; vous aurez de quoi vous occuper la boule pendant un bon moment.

ScreenScreen

Fun et vraiment prenant, Flipper Quest est véritablement une découverte. Attention toutefois ; le gameplay est particulier en ce sens que vous pouvez (et devez) déplacer vos flips d'un écran à l'autre avec "haut" et "bas" pour pouvoir jouer. Je ne vous en dis pas plus, vous comprendrez quand vous l’essaierez...


Sorti en 1991 sur Gameboy, Fighbird est un shoot vertical inspiré de l'animé du même nom.
Pour la petite histoire, sachez qu'une horde d'aliens belliqueux s'est alliée avec le mad scientist de service pour mettre à genoux l'humanité. Heureusement que les forces spéciales de l'espace sont là (et vous aussi) pour les en empêcher. Vous aurez donc l'insigne honneur d'incarner un gamin pilote de mecha et vous allez bastonner de l'alien en masse tout au long de 5 niveaux plus ou moins bien détaillés.

On ne peut pas dire qu'Irem ait mis le paquet sur ce jeu ; il est lent, bourré de ralentissements et le mecha est d'une lourdeur à faire pâlir tonton René, celui qui raconte toujours des blagues salaces aux repas de famille...

ScreenScreen

Les graphismes sont bien lisibles mais font vraiment vides, même pour un jeu Game Boy, et on sent qu'Irem n'a pas mis de gros moyens sur ce jeu. Voulant certainement capitaliser rapidement sur la licence ; ils ont sorti un jeu fade, mollasson et qui n'apporte absolument aucune nouveauté notable.
Bien qu'il y ait quelques idées intéressantes (on peut choisir son pilote et on bénéficie d'une barre de vie, par exemple), on n'est clairement pas sur le jeu du siècle...


Le second shoot est quant à lui plutôt pas mal. Dégoulinant de kawaï-itude, Ordyne est l'archétype du Cute'em up réussi. Surfant sur la vague de "Phantasy zone" sorti l'année précédente, la rom suinte de couleurs chamarrées et regorge d'ennemis tout mimi qu'on a envie de câliner, de héros adorables qu'on a envie de serrer dans ses bras, de PNJ tellement charmants qu'on a envie de les couvrir de poutous et de décors chatoyants qui donnent envie de gambader nu en chantant la joie du bonheur retrouvé.

Mais ça c'est avant... Avant qu'on lance une partie et qu'on se rende compte qu'en plus des 2 différents tirs à gérer (en face de soi et vers le sol), il y a des nuées d'ennemis, des vagues de bubulles qui vous tombent dessus et des gros boss bien hargneux qui vous passent vite l'envie de sourire niaisement.

ScreenScreen

Et oui ! Bien qu'il soit mignon tout plein, ce jeu est assez dur. Parlons un peu des bonus, tiens ! Habituellement, ça tombe lorsqu'on dézingue certains types d'ennemis ou après avoir abattu toute une série de streums. Ben là, non ! Ce serait trop simple ! En compensation, il y a juste des bonus de cristaux qui peuvent voleter à l'écran. Attrapez-les vite, car ils vous serviront de monnaie d'échange dans les échoppes disponibles dans les niveaux pour améliorer votre vaisseau. Et autant dire que les marchands sont de vrais escrocs ; mon bonus de tir n'a pas duré plus de quelques minutes avant de disparaître...

Si vous aimez les jeux à scoring, alors Ordyne est vraiment un jeu à essayer. Ce n'est peut-être pas meilleur de la NEC, mais il mérite sa place dans le top 10 et c'est déjà pas mal.

Voilà pour aujourd'hui...
Portez-vous bien et à très bientôt pour de nouvelles expériences traductionnelles.
FR Chuis en retard.... Le 22 Mars 2020 à 10:51
Comme d'hab', et comme le dit le lapin d'Alice au pays des merveilles : "J'suis en retard", voire même "grave de grave !"...

Je ne vais pas revenir sur les raisons de cette bourre indicible et on va commencer à trancher dans le vif du sujet.

Entamons le viandage avec Zippy Race, un petit jeu de moto où l'on envoie les gaz sur des routes encombrées de voitures qui font rien qu'à vous empêcher de les doubler.

Le principe est simple : vous sur une bécane qui fait du bruit ; une route droite et du carburant à cramer pour atteindre l'objectif le plus vite possible sans trop finir par terre. A chaque voiture doublée, vous montez d'un rang dans le classement.

Je parlais de viandage peu avant, et le terme n'est pas galvaudé car il sera difficile de terminer une course sans finir au moins une fois par terre. En effet, il suffit de toucher le bord de la route ne serait-ce que d'un poil de mollet de fourmi pour aller brouter le gazon !

Les voitures ont des comportements différents selon leurs couleurs et tenteront plus ou moins de vous gêner (bleu : ça passe largement, rouge ; il va falloir ruser un peu plus). Rochers, buissons, flaques d'eau, routes qui se séparent ou se rétrécissent, ponts enjambant des rivières ; tout est fait pour vous retarder dans la course et les obstacles sont plus nombreux que les bonus.

ScreenScreen

Les graphismes accusent clairement leur âge mais Zippy Race possède la saveur particulière des jeux d'arcade que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître (et je dirai même moins de 40, car je ne me souviens pas avoir vu ce titre dans la salle de jeu d'Arcachon où je passais le plus clair de mon temps durant mes années de lycée.)



Les princesses ont cela de commun qu'une fois qu'elles se sont faites enlever elles détestent attendre qu'on vienne leur sauver les fesses. On échange donc la moto pour un costume de Tanooki et on fonce libérer Peach dans cette toute nouvelle traduction de Super Mario Bros. 3.

Sortie sur Nes en 1990, nous ne reviendrons pas en détail sur cette pépite de Nintendo que tout le monde connait. L'intérêt de cette nouvelle itération réside surtout dans le désir de l'équipe de se rapprocher le plus possible de la version japonaise et de corriger deux ou trois bricoles. Pour cela, l'équipe a rectifié quelques textes et surtout remis les lettres envoyées par la princesse dans le bon ordre.

ScreenScreen

Gameplay inventif et aux petits oignons, musiques parfaites, graphismes au top de ce que pouvait fournir la Nes ; Super Mario Bros. 3 est l'un des meilleurs jeux de sa catégorie. Traduit en à peu près toutes les langues, il suffit de voir le nombre conséquent de hacks produits sur ce jeu révèle pour avoir une idée de l'intérêt des fans pour ce hit de la 8 Bits.



Konami a développé de nombreuses séries et comme toute franchise qui fonctionne, Ganbare Goemon a eu droit à son épisode sur la Super Nintendo. Rebaptisé "Legend of the mystical ninja" sous nos contrées, l'opus occidental se verra modifié plus que de raison et les personnages seront même renommés en Kid Ying et Dr Yang.

Ganbare Goemon se déroule dans un japon féodal revisité où nos deux héros, sorte de Robins des bois de l'ère Sengoku, partent au secours de la fille du shogun et croiseront aussi bien des samouraïs que des chats espions ou des ninjas robotisés.

ScreenScreen

Ce jeu d'action/aventure en vue de côté est un concentré d'humour japonisant et d'idées farfelues qu'il serait inutile de résumer, mais on peut citer dans le désordre le fait que toucher un villageois innocent vous fait perdre de l'argent, que si vous dormez dans la suite royale vous serez mieux vu qu'en passant la nuit dans la piaule la plus minable de l'hôtel, que si vous payez le moins cher pour atteindre l'île du deuxième niveau c'est vous qui ramerez dans un tonneau au lieu de profiter de la brise marine accoudé au bastingage d'un navire.

Graphismes soignés, musiques travaillées et bourré d'idées rigolotes, ce premier épisode de la saga paru sur la super Nintendo donne le ton et prend toute sa dimension à deux joueurs. A noter que malgré son côté totalement déjanté, le jeu s'appuie sur des faits bien réels et chaque détail trouve son inspiration dans l'histoire de Goemon Ishikawa et le théâtre Kabuki.



Passons maintenant aux corrections de patches pour trois jeux que j'aime beaucoup.

Le premier correctif est signé Ingo et concerneBlackThorne. Il s'agit d'un jeu de plates-formes/aventure avec une pincée d'exploration qui s'inspire des réussites qu'étaient "Prince of Persia" ou "Flashback". Des musiques réussies et une animation parfaite servent un scénario assez sombre et violent (on peut même buter les otages attachés aux murs).

ScreenScreen

Si vous avez adoré "Flashback", vous devriez apprécier ce titre de Blizzard...



Bien motivé à chasser la faute de frappe, Ingo a mis le nez dans Harvest Moon et rectifié pas loin de 150 erreurs de saisie dans ce célèbre jeu de simulation fermière.

Bien que je n'ai pas vraiment compris comment avancer dans ce jeu, et que planter des choux et élever du bétail ne m'ait jamais procuré la moindre satisfaction ; il faut avouer que les graphismes mignons tout pleins et l'ambiance calme du jeu changent un peu et permettent de s'aérer le neurone.

ScreenScreen

Culture, élevage, vente et achats de matériels et de plants, pêche... Si vous aimez la nature, alors lancez-vous ! Inventif et assez long, Harvest Moon a posé les fondations d'une série qui ne cesse de s'agrandir.



Le dernier correctif touche à un de mes jeux préférés du Game Boy : Gargoyle's Quest.
Si vous n'avez jamais incarné Firebrand ; alors vous devriez avoir honte de vous ! Bouuh !
Voilà, c'est dit !

Spin off de la série "Ghosts'n Goblins", Gargoyle's Quest vous propose une aventure alternant phases d'exploration en vue de dessus et niveaux de plates-formes/action en vue de côté.

ScreenScreen

Doté d'une durée de vie relativement courte, il offre quelques passages bien ardus comme on les aime et peut vite devenir stressant (surtout lorsqu'on est confronté aux nombreux ralentissements du jeu) ainsi que des graphismes clairs et lisibles et des musiques sympathiques.


En cette période de confinement, voilà de quoi vous occuper un tant soit peu en attendant les prochains patches.
Prenez bien soin de vous et de vos proches et à très vite (enfin "vite", ça dépendra de pas mal de choses mais peut-être arriverais-je à publier la prochaine niouze à temps...)
FR Au nom de l'amour et de la justice ! Le 25 Février 2020 à 14:06
Dans les traduction qu'il fallait niouser mais qui sont tombées dans l'oubli parce que... (insérer n'importe quelle excuse de bonne ou mauvaise foi) eh bien voici Sailor Moon:Another Story.

Dans les excuses, il y a que ce n'est pas une version finale mais une version beta qui est proposée, elle est donc incomplète (en particulier au niveau des graphismes) et peut contenir des bugs. Tout retour pour correction est d'ailleurs le bienvenu ici. Le jeu n'étant pas sorti officiellement autrement qu'en japonais, c'est une traduction de la traduction amateur anglaise réalisée par Hiei, mziab, Aurette, Yulina et m0nsieurL.

Screen

Sailor Moon:Another Story est le seul RPG de la franchise. N'ayant pas du tout joué au jeu, je vais citer une partie du test d'Antekrist sur Emunova qui écrit d'ailleurs bien mieux que moi :

L’histoire de cet épisode est pour le moins tortueuse. Elle commence au trentième siècle, alors que des astronomes découvrent un gigantesque météore qui n’a rien trouvé de mieux que de venir faire un bisou à la Terre. Recherchant des réponses dans son cristal magique, la reine Sérénité découvre alors qu’une terrible puissance maléfique est à l’origine de cette blague de potache.
Avance rapide vers le passé, ou retour vers le futur… Enfin bref, aujourd’hui, là, maintenant (enfin à l’époque, mais vous m’avez compris), la fraîche et pimpante Usagi (le vrai nom de Sailor Moon, impossible de me rappeler comment ils l’avaient appelée en France, mettons Bernadette) et sa petite sœur Chibi-Usa (on va l’appeler Géraldine, mais on s’en fout parce que de toute façon, on la reverra pas dans ce test) sortent de chez elles et tombent nez-à-nez avec deux sales gosses, chargés par leur terrible maître du tuer toutes les Sailor machin. Par dessus tout ce foutoir, il sera aussi question d’un mal insidieux qui rend les gens fous, de gangs de loubards et bien entendu, de jupettes plissées, ce qui nous intéresse le plus.

Screen Screen

En allant regarder les différents avis à droite et à gauche sur les zinternets, il se trouve qu'il y en a de très mauvais (long, vide, mou et chiant) comme d'autres élogieux (fidèle à l'anime pour les musiques et l'univers, beaux graphismes, intrigue bien ficelée, toutes les Sailor jouables).

Screen Screen

Bref. Mon dernier contact avec les Sailor date de quand ils passaient au Club Dorothée, je ne peux pas vraiment en dire plus sur ce projet. Je ne saurais que remercier l'équipe de traduction qui a passé énormément de temps pour vous permettre de jouer à ce jeu en français (même si c'est potentiellement une sombre bouse à réserver aux fans ultimes de la série). Et rappeler que les romhackeurs qui disparaissent et laissent orphelins leur équipe de traduction c'est le mal absolu.*

Bon jeu à tous !


*Cette allusion trouvera explication dans le topic fleuve sur romhack.org, celui qui est mentionné pour les retours de correction. Vous comprendrez pourquoi il aura fallu presque 20 ans pour qu'une version sorte et pourquoi d'autres patchs ne verront sûrement jamais le jour.

FR Et roule ma poule Le 4 Février 2020 à 11:27
On a à peine traité un patch que d'autres pointent le bout de leurs nez.
Être niouzeur c'est pas une sinécure ; moi je vous le dis !

Allez hop, en selle ! C'est parti pour les dernières traductions de Terminus...

La série Outrun a fait les beaux jours des salles d'arcades et de toutes les machines connues dans les années 90. Le jeu ayant bien marché, il était prévisible de voir débouler une suite. US Gold ne s'est donc pas privé avec Outrun Europa Hunt, où l'on incarne un agent lancé à la poursuite d'affreux tout pas beaux sur les routes d'Europe.

ScreenScreen

Le principal changement de cet épisode (indépendamment du cadre qui passe des US à l'Europe), c'est le fait de disposer de différents véhicules. Oubliez la Ferrari et la blonde qui vous tenait compagnie ! Vous irez tout seul de Paris à Berlin en utilisant une moto, une Porsche, un bateau de course et même un jetski.

Dépaysement garanti !

... Sauf pour les yeux, soyons honnêtes ! Le jeu pique un peu les mirettes et les musiques accusent leur âge ; mais pour de la 8 bits c'est pas si mal que ça. Les décors s'enchaînent à un rythme frénétique et on a vite fait de terminer dans le décor si on n'y prend pas garde. Car le jeu ne pardonne aucune erreur et le moindre virage raté peut vous faire perdre la partie et votre self-control.



De la voiture au vaisseau spatial il n'y a qu'un (grand) pas que nous allons allégrement franchir avec X-Dazedly Ray.

Ce petit shoot'em up horizontal paru en 1990 sur Megadrive vous permet de vous vider la tête en lâchant des tonnes de petites boules colorées sur des tonnes de vaisseaux aliens tristounets.

En général, j'essaie d'être objectif et même de trouver des bons côtés à des jeux pourris ; mais je dois mal vieillir et j'avoue humblement avoir du mal à trouver le moindre attrait à ce jeu. En effet il est moche, et c'est sûrement ça le pire défaut du jeu (en plus d'une maniabilité et un temps de réaction du vaisseau plus que passables) ; c'est que les graphismes sont si, humm... particuliers... qu'on ne sait pas ce qu'on peut traverser ou buter. On se demande tout le temps si l'amas de pixels qu'on a en face de soi est un bout de décor ou un sprite.

ScreenScreen

Passons sur une bande son déplorable et intéressons-nous plutôt au talent qu'on déployé les développeurs afin de vous faire passer l'envie de jouer à la console :
- hitbox du vaisseau énorme. Le moindre contact avec le décor ou un zigouigoui qui passe par là et c'est la loose assurée.
- pas de checkpoint. Vu la difficulté des shoot ; il est de bon ton de mettre quelques points de sauvegarde pour éviter de se refaire tout le niveau en cas de perte de vie. Ben là y en a pas ! Enfin si : juste avant un boss. Donc si vous perdez, vous recommencez tout le niveau depuis le début.
- les ennemis sont aussi fourbes que tenaces. Certains vous suivent à la trace et il devient vite difficile de les dessouder sans s'écraser dans le décor.
- Les graphismes indignes d'une 16 bits. En plus d'être immonde ; cela manque de finesse.

A bien y réfléchir ; c'est peut-être ça le point positif de cette cartouche : on y joue 2 minutes, on balance la manette et on sort s'oxygéner le cerveau.XDR est donc le premier jeu qui vous passe l'envie de jouer et vous incite à découvrir le monde !

On est très loin d'un "Elemental Master" ou d'un Thunder force III sortis la même année sur la même console et je comprends mieux pourquoi ce jeu n'a jamais quitté les frontières du Japon.


Après toutes ces péripéties, quoi de mieux pour se remettre qu'une bonne bière dans un bistrot ? Ça tombe bien, y a même un flipper. Sortons la monnaie et allons titiller de la baballe avec Rollerball (qui n'a strictement rien à voir avec le cultissime film de N. Jewison sorti en 1975).

Ce jeu sorti sur Nes en 1990 vous permet de ressentir tout le stress du flipper à domicile sans débourser un centime sur une table occupant pas moins de 4 écrans de haut.

ScreenScreen

Jeu sympathique et sans prétention, il affiche toutefois des couleurs criardes qui finissent pas lasser, mais la physique de la boule est très correctement rendue et les sensations sont bien présentes. Tous les gadgets habituels des flippers sont présents : bumpers, spinners, cibles et bidules à allumer pour faire un max de points ; et même une machine à sous !

Facilement accessible (même s'il n'est pas toujours simple de remonter tout en haut de la table) et jouable jusqu'à 4 ; c'est un très bon jeu qui aurait toutefois gagné à avoir quelques tables de plus.


Sur ce je vous laisse ; c'est l'heure de ma p'tite sieste devant les Feux de l'amour. Ça me permettra d'oublier X-Dazedly Ray.

A très bientôt pour de nouvelles traductions...
FR Vampire, vous avez dit vampire ? Le 27 Janvier 2020 à 17:58
Si je vous dit "cape" et "crocs", vous me répondez ?
...
"Vampire", évidemment ! Ceux qui ont répondu "ma belle-mère" se sont quelque peu fourvoyés...

Le jeu dont nous allons parler aujourd'hui est loin d'être parmi les plus connus de la Snes, mais il possède un charme indéniable. Et d'autant plus qu'on a plutôt tendance à zigouiller les vampires qu'à en incarner dans les jeux vidéos.

Car oui, dans "Les aventures de Spike Mc Fang" vous allez endosser la cape de Spike Mc Fang, un jeune vampire apprenti-magicien qui doit protéger l'archipel de Vladamasco du méchant Von Hessler qui n'a rien trouvé de mieux pour occuper son temps libre que d'aller envahir la région.

Armé de votre haut-de-forme boomerang, de votre cape tournoyante et de quelques attaques magiques, vous allez parcourir 6 régions dans un jeu à la Zelda 3 fort sympathique et bourré d'idées marrantes.

ScreenScreen

Jeu d'action RPG doté de graphismes colorés, d'une très bonne réalisation et d'une difficulté assez relevée (j'en garde encore quelques "bons" souvenirs d'énervements) ; il pêche cependant par une durée de vie extrêmement courte et un scénario ultra classique. C'est vraiment dommage car il ne manque pas grand chose à ce bon jeu pour qu'il devienne "très bon"...


Pour ma part, j'avais adoré ce jeu et je pensais me le traduire un jour ou l'autre. Autant dire que je ne pouvais décemment pas refuser lorsque Izidor de la communauté Ultimate Console m'a contacté pour publier sa traduction.

Je ne peux que vous inciter à essayer cette rom diaboliquement bonne et remercier Izidor pour le travail fourni (en attendant les prochains patches, qui sait ?)
 
 
   
   
   
 
News - TRAF v8