Banniere  
 
  hdp  
   
 
 
Flux RSS
 
 
 
FR Et roule ma poule Le 4 Février 2020 à 11:27
Par Happexamendios
Depuis : http://terminus.romhack.net/
On a à peine traité un patch que d'autres pointent le bout de leurs nez.
Être niouzeur c'est pas une sinécure ; moi je vous le dis !

Allez hop, en selle ! C'est parti pour les dernières traductions de Terminus...

La série Outrun a fait les beaux jours des salles d'arcades et de toutes les machines connues dans les années 90. Le jeu ayant bien marché, il était prévisible de voir débouler une suite. US Gold ne s'est donc pas privé avec Outrun Europa Hunt, où l'on incarne un agent lancé à la poursuite d'affreux tout pas beaux sur les routes d'Europe.

ScreenScreen

Le principal changement de cet épisode (indépendamment du cadre qui passe des US à l'Europe), c'est le fait de disposer de différents véhicules. Oubliez la Ferrari et la blonde qui vous tenait compagnie ! Vous irez tout seul de Paris à Berlin en utilisant une moto, une Porsche, un bateau de course et même un jetski.

Dépaysement garanti !

... Sauf pour les yeux, soyons honnêtes ! Le jeu pique un peu les mirettes et les musiques accusent leur âge ; mais pour de la 8 bits c'est pas si mal que ça. Les décors s'enchaînent à un rythme frénétique et on a vite fait de terminer dans le décor si on n'y prend pas garde. Car le jeu ne pardonne aucune erreur et le moindre virage raté peut vous faire perdre la partie et votre self-control.



De la voiture au vaisseau spatial il n'y a qu'un (grand) pas que nous allons allégrement franchir avec X-Dazedly Ray.

Ce petit shoot'em up horizontal paru en 1990 sur Megadrive vous permet de vous vider la tête en lâchant des tonnes de petites boules colorées sur des tonnes de vaisseaux aliens tristounets.

En général, j'essaie d'être objectif et même de trouver des bons côtés à des jeux pourris ; mais je dois mal vieillir et j'avoue humblement avoir du mal à trouver le moindre attrait à ce jeu. En effet il est moche, et c'est sûrement ça le pire défaut du jeu (en plus d'une maniabilité et un temps de réaction du vaisseau plus que passables) ; c'est que les graphismes sont si, humm... particuliers... qu'on ne sait pas ce qu'on peut traverser ou buter. On se demande tout le temps si l'amas de pixels qu'on a en face de soi est un bout de décor ou un sprite.

ScreenScreen

Passons sur une bande son déplorable et intéressons-nous plutôt au talent qu'on déployé les développeurs afin de vous faire passer l'envie de jouer à la console :
- hitbox du vaisseau énorme. Le moindre contact avec le décor ou un zigouigoui qui passe par là et c'est la loose assurée.
- pas de checkpoint. Vu la difficulté des shoot ; il est de bon ton de mettre quelques points de sauvegarde pour éviter de se refaire tout le niveau en cas de perte de vie. Ben là y en a pas ! Enfin si : juste avant un boss. Donc si vous perdez, vous recommencez tout le niveau depuis le début.
- les ennemis sont aussi fourbes que tenaces. Certains vous suivent à la trace et il devient vite difficile de les dessouder sans s'écraser dans le décor.
- Les graphismes indignes d'une 16 bits. En plus d'être immonde ; cela manque de finesse.

A bien y réfléchir ; c'est peut-être ça le point positif de cette cartouche : on y joue 2 minutes, on balance la manette et on sort s'oxygéner le cerveau.XDR est donc le premier jeu qui vous passe l'envie de jouer et vous incite à découvrir le monde !

On est très loin d'un "Elemental Master" ou d'un Thunder force III sortis la même année sur la même console et je comprends mieux pourquoi ce jeu n'a jamais quitté les frontières du Japon.


Après toutes ces péripéties, quoi de mieux pour se remettre qu'une bonne bière dans un bistrot ? Ça tombe bien, y a même un flipper. Sortons la monnaie et allons titiller de la baballe avec Rollerball (qui n'a strictement rien à voir avec le cultissime film de N. Jewison sorti en 1975).

Ce jeu sorti sur Nes en 1990 vous permet de ressentir tout le stress du flipper à domicile sans débourser un centime sur une table occupant pas moins de 4 écrans de haut.

ScreenScreen

Jeu sympathique et sans prétention, il affiche toutefois des couleurs criardes qui finissent pas lasser, mais la physique de la boule est très correctement rendue et les sensations sont bien présentes. Tous les gadgets habituels des flippers sont présents : bumpers, spinners, cibles et bidules à allumer pour faire un max de points ; et même une machine à sous !

Facilement accessible (même s'il n'est pas toujours simple de remonter tout en haut de la table) et jouable jusqu'à 4 ; c'est un très bon jeu qui aurait toutefois gagné à avoir quelques tables de plus.


Sur ce je vous laisse ; c'est l'heure de ma p'tite sieste devant les Feux de l'amour. Ça me permettra d'oublier X-Dazedly Ray.

A très bientôt pour de nouvelles traductions...

Commentaires (2)

ota1967 - le 6 Février 2020 à 16:06
Merci pour toutes ces traductions.
Kazan - le 7 Février 2020 à 13:12
Merci pour la news! :)

Poster un commentaire

• Pseudo : (Vous pouvez vous connecter pour ne plus avoir à préciser cette info)
• Message :
• Test anti-bot :

 
 
   
   
   
 
News : Et roule ma poule - TRAF v8